sauter la navigation

M. Chris Miller, l'un des travailleurs sociaux de notre district, a publié sur le site web de Lakeview quelques conseils, créés par Chris Bringhurst, à l'intention des parents dont les enfants ont du mal à aller à l'école. Nous avons décidé de partager ces informations, car nous pensons qu'elles pourraient être utiles à de nombreux élèves de notre district.

Votre enfant se plaint-il de maux de ventre sur le chemin de l'école ou à l'école ? Si votre enfant reste à la maison, les symptômes disparaissent-ils pour réapparaître le lendemain matin ? Votre enfant fait-il une crise de colère ou trouve-t-il des excuses pour rester à la maison lorsque vous essayez de l'obliger à aller à l'école ? Si c'est le cas, il se peut que votre enfant souffre de ce que l'on appelle le refus de l'école. Les enfants qui refusent d'aller à l'école ont beaucoup de mal à s'y rendre et/ou à y rester. Ces parents ont probablement consacré beaucoup de temps et d'énergie à essayer d'amener leur enfant à l'école, mais sans grand succès. Ce comportement peut avoir de nombreuses causes. Les symptômes de l'anxiété de séparation, de l'anxiété sociale, de la dépression, d'une difficulté d'apprentissage non diagnostiquée ou d'un trouble de la lecture peuvent également jouer un rôle important dans le développement du refus de l'école.

Si votre enfant refuse d'aller à l'école, vous avez peut-être remarqué certains des éléments suivants :

  • Un enfant qui pleure ou proteste tous les matins avant l'école
  • Réticence excessive à rester seul à tout moment
  • Plaintes répétées de symptômes physiques chaque fois que l'enfant est sur le point de quitter une figure parentale importante.
  • Inquiétude excessive à l'idée de perdre un parent ; inquiétude excessive à l'idée qu'un parent puisse être blessé
  • Refus persistant de s'endormir en l'absence d'un parent ou d'une autre personne s'occupant de l'enfant
  • Un enfant qui développe régulièrement un certain type de symptôme physique lorsqu'il est temps d'aller à l'école.

Voici quelques méthodes à essayer :

  • Vérifier les besoins physiques/sous-jacents.
    • Besoins physiques : Un médecin et/ou un psychologue doit évaluer les besoins - existe-t-il un problème médical valable ?
    • Sécurité : Y a-t-il des brimades ?
    • Capacité : Existe-t-il un trouble de l'apprentissage ?
  • Se sentir en sécurité : Parlez à votre enfant, validez ses inquiétudes, évitez de lui faire la morale. Parlez-lui de ce qui le préoccupe, tout en lui faisant comprendre qu'un plan sera mis en place pour qu'il retourne à l'école. Gardez toutefois à l'esprit que certains enfants ne peuvent pas décrire ce qui les préoccupe. Soyez bienveillant tout au long de la conversation, ne la forcez pas si elle ne semble pas aller de l'avant. Le message le plus important à faire passer est le suivant : leur inquiétude est justifiée (lien), vous pensez que votre enfant peut surmonter ce problème (confiance) et vous serez là pour l'aider (sécurité). Il peut également être utile d'expliquer que de nombreuses personnes sont confrontées à ce problème.
    • Utilisez des phrases claires et calmes pour faire comprendre à votre enfant que vous attendez de lui qu'il aille à l'école. Dites "quand" plutôt que "si". Par exemple, vous pouvez dire : "Quand tu seras à l'école demain..." au lieu de "Si tu arrives à l'école demain...".
    • Votre enfant peut être préoccupé par un problème spécifique, qu'il s'agisse du bus ou d'une brute, mais il n'arrive pas à exprimer ou à comprendre ce qu'il veut éviter. S'il dit qu'il ne veut pas aller à l'école parce qu'il a mal au ventre, essayez de l'aider à faire le lien en lui disant : "Tu sais, parfois mon ventre me fait mal quand j'ai peur d'être en retard. Mais si je réfléchis à la façon d'être à l'heure, mon ventre cesse généralement de me faire mal. De quoi t'inquiètes-tu ?"
  • Dans la mesure du possible, ne laissez pas votre enfant rester à la maison. La réaction biologique à la plupart des choses effrayantes est de fuir ou de se battre. Rester à la maison, c'est éviter, ce qui, dans cette situation, équivaut à fuir. Comprenez bien ceci : L'évitement apportera un soulagement immédiat, qui sera à son tour puissamment renforcé. Renforcer signifie simplement que quelque chose est susceptible d'être répété. Il peut être plus puissant que la colère de papa et maman. Si vous le permettez, le désir de rester à la maison deviendra de plus en plus fort. S'ils restent à la maison (peut-être à cause d'une maladie légitime), demandez-leur de rester au lit et n'autorisez pas le temps d'écran. Rester à la maison ne doit pas être une fête - rendez-la aussi ennuyeuse que possible et supprimez toute activité amusante pendant le temps libre. Ils doivent faire leurs devoirs, leurs corvées, etc. Les activités amusantes après l'école, comme jouer chez des amis ou aller à une fête, sont un privilège qu'ils perdent s'ils restent à la maison.
  • Établissez à l'avance une police d'assurance maladie : Seule la fièvre peut vous retenir à la maison. Pour éviter une lutte de pouvoir, il est conseillé de décider à l'avance que les infirmières ou les agents de santé de l'école sont les seuls à pouvoir décider si l'enfant est malade ou non. Bien qu'il soit déstabilisant de voir votre enfant très angoissé à l'idée d'aller à l'école, essayez de rester calme et de lui apporter votre soutien, tout en faisant preuve de fermeté.
  • Prenez soin de vous. Faites de votre mieux pour ne pas porter le chapeau et préparez-vous à recevoir des suggestions et des conseils simplifiés de la part d'observateurs bien intentionnés ou critiques. Si cela ne vous est pas arrivé, à vous ou à votre enfant, c'est difficile à comprendre et beaucoup de gens minimiseront ce problème. Tout le monde peut jeter un coup d'œil sur votre famille et ce n'est pas forcément compatissant. Le fait de voir votre enfant en détresse peut également vous causer une grande détresse. Vous pouvez penser que vous êtes un mauvais parent, que vous faites du mal à votre enfant ou que votre enfant ne pense pas que vous l'aimez. Reconnaissez que son comportement peut être une manipulation possible pour rester avec vous ou être à la maison. Son comportement ne fait pas de vous un mauvais parent !
  • Établissez un plan et respectez-le. En maintenant la routine de votre enfant à l'école et le matin, vous l'aidez à savoir à quoi s'attendre. Faites en sorte que les routines du matin soient aussi fluides que possible. Préparez les vêtements et les sacs à dos la veille, réveillez-vous à l'heure, etc. Encore une fois, faites comprendre à votre enfant que ne pas aller à l'école n'est pas une option.

Idées d'incitation et d'intervention

  • Mettez en place un plan d'incitation (visant à obtenir une récompense). Des tableaux d'autocollants pour venir tous les jours, un prix à la fin de la journée d'école, etc.
  • Demandez à quelqu'un d'autre de déposer votre enfant à l'école. Les enfants supportent souvent mieux la séparation à la maison plutôt qu'à l'école, près de la salle de classe.
  • Lorsque votre enfant va à l'école, félicitez-le en décrivant ce qu'il peut ressentir. Vous pourriez dire : "Je sais que c'est très difficile et je suis fier que tu fasses des efforts".
  • Demandez à un autre élève de les accueillir à l'école.
  • Évitez les longs adieux ! Dites au revoir, transmettez une déclaration d'affection (je t'aime, passe une bonne journée) et partez.
  • Confiez aux élèves une tâche particulière à l'école. Arroser une plante, s'occuper d'un animal en peluche, écrire la date au tableau, ramasser les devoirs, encadrer un autre élève, essuyer les tables, être l'attrapeur de gentillesse, etc.
  • Système de binôme - Si votre enfant peut être placé avec un binôme pour la lecture, les mathématiques, la musique ou toute autre activité que l'enseignant juge la plus appropriée, votre enfant et son binôme auront plus de chances de développer une amitié au fil du temps. Cette interaction aidera les deux élèves à progresser dans la matière pour laquelle ils s'entraident, à avoir une meilleure interaction sociale à l'école et à ressentir un plus grand désir d'aller à l'école chaque jour.
  • Exposition progressive, 1. emmenez votre enfant à l'école, passez devant en voiture ou garez-vous à l'extérieur. 2. Marchez jusqu'à la porte et traversez les couloirs de l'école. 3. Allez en classe et passez de plus en plus de temps à l'école, en indiquant à chaque fois à votre enfant l'heure à laquelle vous viendrez le chercher. SOYEZ À L'HEURE ! Dans certains cas extrêmes, une journée plus courte peut être envisagée.
  • FÉLICITER, FÉLICITER, FÉLICITER. Lorsque votre élève fait un effort ou qu'il réussit, félicitez-le ! Dites-lui par exemple : "Je suis très fier que tu sois venu à l'école aujourd'hui", ce qui l'encouragera à faire des efforts pour venir à l'école. Un mot d'avertissement : Les élèves profitent parfois de ces moments pour évoquer à nouveau les points négatifs. Essayez de les féliciter, puis NE vous engagez PAS dans un nouveau débat sur les points négatifs. Ex : "Mais j'ai eu mal au ventre toute la journée !".

Compétences utiles

  • Découvrez le cerveau, son fonctionnement et les raisons pour lesquelles nous nous inquiétons.
  • S'ils souffrent d'anxiété, de dépression, de troubles de l'apprentissage, etc. Aidez-les à normaliser certaines de ces expériences tout en leur exprimant votre amour et en leur faisant comprendre que ces problèmes ne les rendent pas "mauvais", "imparfaits" ou "défectueux". Une thérapie ou des conseils peuvent être envisagés si vous pensez qu'ils sont concernés.
  • Techniques respiratoires
  • Vidéos de méditation/relaxation
  • Imprimez la photo d'un parent ou d'une personne qui leur est chère et apportez-la à l'école.
  • Apportez un animal en peluche ou un jouet qui vous réconforte (parlez-en à l'enseignant).
  • Essayez de lire "The Kissing Hand" (La main qui embrasse) d'Audrey Penn.

Autres conseils utiles

  • Soyez patient. Le problème du refus scolaire de votre enfant ne sera pas résolu rapidement. Soyez donc patient et soyez fier des petits progrès accomplis.
  • Le fait d'amener fermement l'enfant à l'école, régulièrement et à l'heure, peut être utile. Ne pas prolonger les adieux peut également être utile. Parfois, il est préférable que quelqu'un d'autre emmène l'enfant à l'école après que le parent ou la personne qui s'occupe de lui ait dit au revoir à la maison.
  • Il est vraiment utile de croire que l'enfant va surmonter ce problème (confiance) ; discutez-en avec l'enfant (le parent ou la personne qui s'occupe de l'enfant doit s'en convaincre lui-même avant d'essayer de convaincre l'enfant).
  • Le parent ou la personne qui s'occupe de l'enfant doit rassurer l'enfant en lui disant qu'il sera là à son retour de l'école (sécurité) ; cela doit être répété plusieurs fois, si nécessaire. Faire savoir à l'enfant ce que le parent ou la personne qui s'occupe de lui fera à la maison pendant la journée scolaire. Soyez toujours à l'heure pour aller chercher l'enfant à l'école ou à l'arrêt de bus. Petite remarque : le premier jour après le retour du week-end ou des vacances est généralement plus difficile. Si vous avez pu éviter quelque chose pendant quelques jours, il est plus difficile d'y faire face à nouveau. C'est un exemple de plus de la façon dont l'évitement aggrave les choses.
  • N'attirez pas l'attention sur le problème, ne faites pas la morale, ne débattez pas et n'essayez pas de persuader. Une attention accrue ne fait qu'attiser le feu et ramener l'attention sur le problème.
  • Lorsque des événements susceptibles d'inciter les élèves à manquer l'école se produisent, tout doit être mis en œuvre pour aider les élèves à retourner rapidement à l'école et à s'y sentir en sécurité.

Merci à M. Miller pour tous ces bons conseils. Nous espérons que ces conseils vous aideront, vous et votre enfant, à passer une année scolaire plus réussie et plus heureuse. 

Conseils et astuces pour le refus de l'école.

Shauna Sprunger
  • Coordinateur de la communication
  • Shauna Sprunger
fr_FRFrançais