sauter la navigation

Cette semaine, nous vous présentons Seralina McCormick Danielson, professeur d'anglais et de soutien en anglais à la Centennial Middle School. Seralina est devenue enseignante grâce à la confiance que lui ont témoignée les personnes avec lesquelles elle a travaillé lorsqu'elle était éducatrice auxiliaire. Elle aime observer les progrès de ses élèves et apprendre à les connaître. Voici ce qu'elle a écrit sur l'enseignement.

Pourquoi j'enseigne...

par Seralina McCormick Danielson

Enfant, j'aimais l'école. J'avais des professeurs qui s'investissaient dans leurs cours et je savais qu'ils s'intéressaient à moi. Au fur et à mesure que j'avançais dans le collège, ce sentiment de valeur globale et l'investissement des enseignants semblaient diminuer considérablement. Peut-être était-ce dû au fait que les classes étaient plus grandes, peut-être était-ce dû au fait qu'il y avait beaucoup plus d'élèves et qu'il était trop difficile pour les enseignants d'établir un lien profond avec chacun d'entre eux. Je ne sais pas vraiment, mais il était évident pour moi que les professeurs qui faisaient vraiment un effort et qui me donnaient envie d'assister à leurs cours étaient différents des autres professeurs qui se contentaient de faire des cours magistraux, de nous faire prendre des notes que je ne comprenais pas, puis de nous faire passer un examen que je n'aurais pas réussi à faire.

(Suite de l'essai sous la vidéo.)

Des années plus tard, alors que j'étais une mère célibataire sans éducation et que j'avais désespérément besoin d'un revenu pour subvenir aux besoins de ma famille, j'ai été engagée comme para-éducatrice dans une école primaire de ce district, que mes enfants fréquentaient. J'ai également occupé deux autres emplois pour subvenir aux besoins de ma famille, mais j'étais reconnaissante d'avoir la possibilité d'avoir mes propres enfants à proximité dans tous mes emplois. Quelques années plus tard, notre école a reçu une nouvelle animatrice et enseignante spécialisée dans les troubles légers et modérés. Elle était extraordinaire ! Ses efforts, sa compréhension et sa connexion avec chacun de ses enfants et de ses enseignants étaient phénoménaux. Elle m'a encadrée et formée dans mon travail, m'a fait sentir valorisée et douée dans ce que je faisais avec nos élèves. Elle et d'autres enseignants de l'école me disaient constamment que j'avais un don naturel et que je devais devenir enseignante. Je me moquais d'eux et plaisantais en disant que je n'avais ni le temps ni l'énergie pour cela et je leur rappelais que je serais de toute façon une mauvaise élève. Ce facilitateur et ces enseignants ont persisté. J'ai même dit en plaisantant qu'un jour j'irais à l'école, ce à quoi ma facilitatrice a créé un document artisanal indiquant qu'elle était témoin de ma déclaration et me l'a fait signer avec elle pour qu'il apparaisse comme un document officiel ! C'était tellement hilarant sur le moment, et j'ai toujours ce document aujourd'hui (neuf ans plus tard).

Un jour, moi et deux autres paras avons été informés que nous devions assister à une réunion de formation pendant le travail, et qu'ils couvriraient nos classes. Lorsque je suis entrée dans la réunion qui se tenait dans une autre salle des professeurs, quatre ou cinq enseignants de l'école étaient assis, ainsi que deux ou trois administrateurs du district chargés de l'éducation spéciale. La "réunion" s'est terminée par une présentation d'informations sur la façon dont les paras pouvaient devenir enseignants. Je me souviens avoir ri intérieurement en me disant : "Oui, c'est vrai ! Je ne vais pas faire ça". Cependant, lorsque les présentateurs ont parlé d'argent, j'ai réalisé qu'un enseignant de première année gagnait presque le double de ce que je gagnais en travaillant trois fois au salaire minimum. Le fait qu'un autre para ait eu la même révélation m'a permis de m'engager plus facilement à aller à l'école parce que j'avais quelqu'un d'autre qui se jetait dans la même tranchée que moi. La route a été rude, longue et difficile. J'ai dû faire face à de nombreux défis, mais j'ai commencé à reconnaître la vérité que les autres me disaient depuis des années : Je travaillais bien avec des élèves ayant des besoins particuliers parce que je pouvais comprendre nombre de leurs difficultés. J'ai aimé voir leur croissance et leur développement en tant que para et j'ai réalisé que je voulais vraiment contribuer à la réussite de ces élèves, dont les difficultés d'apprentissage donnent l'impression qu'ils sont si loin de ce que tout le monde peut commencer. Aider ces élèves à reconnaître qu'ils peuvent réussir tout autant de différentes manières et qu'en apprenant à travailler plus dur, ils pourront aller plus loin que les autres à long terme, m'a exaltée ! Je savais que je voulais en faire partie. Je n'oublierai jamais ma première "équipe" et l'impact puissant qu'elle a eu sur moi par ses exemples, ses encouragements et son soutien. Je les aimerai toujours pour le don qu'ils m'ont aidé à découvrir.

Shauna Sprunger
  • Coordinateur de la communication
  • Shauna Sprunger
134 Partages
fr_FRFrançais